FANDOM


Sand-glass-icon
Années 1950
Sardou communion
En 1958, Michel a 11 ans et fait sa communion.
 Période historique 1950-1959
 Années étudiées 1951 • 1953 • 1955 • 1957 • 1958

Détail de la vie de Michel Sardou dans les années 1950[1].

Logo Clubsardou Source Clubsardou.com

Une enfance heureuse Modifier

Durant les années 1950, avec son père, Michel hante la place Pigalle, la place Clichy et les cinémas du 18e arrondissement, grandissant dans les coulisses des théâtres et des music-hall, rencontrant tout le beau monde de ce métier-là. Son film favori : "Blanche-Neige". Son père, Fernand, l'emmène au Gaumont de la place Clichy. Michel hurle dès qu'apparaît la sorcière. On doit le sortir de la salle...[2]

Fils unique, Michel passe une enfance soli­taire mais heureuse et marche rapi­de­ment dans les pas de ses parents en les suivant partout à travers l'hexagone. S'il ne sait pas encore lire, il connaît comme sa poche la gare de Carpentras et la salle du terminus de Brest. Pendant les jours de relâche, les Sardou regagnent Paris. Néanmoins la bougeotte du couple continue. Jackie, toujours insatisfaite du logement qu'elle occupe, profite de l'occasion pour déménager. Prétextant une cuisine trop sombre ou bien un escalier exigu, elle cherche ailleurs un foyer plus conforme à sa représentation. Les valises ressortent des armoires et ce "caprice" les conduit tour à tour, de la rue Caulaincourt, à la rue Fontaine, la butte Montmartre, la banlieue de Montesson, le midi, Montmartre une seconde fois, rue Pierre-Harret. Ce changement permanent, Michel a de qui tenir !

Mais visiblement Michel est un gosse heureux. Avec son petit camarade Éric Ulmer, le fils de Jorgen Ulmer, Michel ne compte plus les plaisanteries. Maintes fois ils se sont amusés à sonner aux portes d'un immeuble du 17e arrondissement de Paris, avant de s'enfuir à toutes jambes en pouffant de rire.

En 1951, la famille déménage à Montesson-Laborde, commune des Yvelines, en bordure de Seine. Michel et son père passent de longues heures à parcourir la Seine en bateau.

Sardou à 4 ans
Michel avec ses parents à Montesson

1953 : la déchirure Modifier

Sardou à 6 ans
Michel à 6 ans.

En 1953, Jackie et Fernand doivent partir pour une longue tournée en Amérique. Mais comment faire avec Michel ? Il vient tout juste d'avoir 6 ans.

Sardou et ses parents en 1953
Michel et ses parents en 1953.

Heureusement ils connaissent une personne en qui ils ont confiance absolue. C'est Marie-Jeanne, qui d'abord été concierge de l'immeuble Parisien des Sardou, puis l'habilleuse de Jackie pendant 25 ans. Inutile de dire qu'au fil des ans, elle a fini par faire pratiquement partie de la famille! Or, Marie-Jeanne venait de prendre sa retraite à Koeur-la-Petite dans la Meuse. Voilà pourquoi le 24 février 1953, en pleine année scolaire, Michel s'est retrouvé habiter la Meuse.

Marie-Jeanne
Marie-Jeanne Rousselet.

Marie-Jeanne Rousselet, couturière de métier, mais habitant tout prés de la voie ferrée, donnait de temps en temps un coup de main au garde-barrière. Elle est devenue la mère adoptive de Michel, et elle l'a aimé avec tout l'amour d'une mère !

Maison, école, et inscription à la mairie de Koeur-la-Petite
Maison, école, et inscription à la mairie de Koeur-la-Petite.

Michel s'en souvient très bien, et en 1994 il lui dédit une chanson : "Marie, ma belle". "Marie, une petite femme de rien du tout, qui m'appelait "son coeur", et portait mon bonheur autour du coup. Marie ma belle, tu es au ciel et moi dessous. Une femme toute seule et un enfant, personne ne nous parlait. Marie, une femme sans importance, qui m'a appris l'amour et donné pour toujours ma différence"

1955 : les retrouvailles Modifier

Michel a 8 ans et suit toujours ses parents au fil de tournages et représentations. Du 20 juin au 30 juillet 1955, Fernand et Jackie tournent le film "4 jours à Paris" (sorti en 1957). On y voit Michel comme très jeune figurant parmi les enfants du village.

1957 : un enfant de la balle Modifier

Du 17 juin au 5 août 1957, Jackie joue dans le film Le Chômeur de Clochemerle avec Fernandel. Michel se retrouve figurant à 10 ans, on le voit sur un manège.

En 1957, trop éloignés de Paris pour leur métier, les parents de Michel vendent la maison de Montesson et s'installent à nouveau à Montmartre. Et comme ils ne peuvent plus s'occuper de Michel, ils se résignent à le mettre en pension.

Michel découvre donc les joies du pensionnat ! Michel est malheureux, Fernand encore plus. Au bout de quelques mois Jackie cède : le "petit" est enlevé du pensionnat et mis à l'école communale de la rue de Bruxelles. Pour Michel c'est à nouveau l'âge d'or. Il a retrouvé Paris, ses parents et Bagatelle, sa grand mère adorée. Michel traine dans les rues du quartier. Bandeau et plumes dans les cheveux, il est le chef des Indiens de la Butte. Quartier général : le square Vintimille. Objectif : raid sur la Trinité pour repousser ceux "de la Plaine".

Inquiets de la violence des affrontements entre bandes, les parents de Michel l'inscrivent à Montcel, un pensionnat "tenu par des Suisses" situé à Jouy-en-Josas dans les Yvelines. Michel serra les poings. En week-end, en vacances, le jeune pensionnaire hante à nouveau les coulisses des théâtres où se produisent ses parents.

Références Modifier

  1. Source clubsardou.com
  2. Sardou de A à Z de Gilles Lhote, p°32.