FANDOM


Sand-glass-icon
Années 1990
Sardou 1990
Extrait du clip Marie-Jeanne (1990)
 Période historique 1990-1999
 Années étudiées 1990 • 1991 • 1992 • 1993 • 1994
1995 • 1996 • 1997 • 1998 • 1999

Détail de la vie de Michel Sardou dans les années 1990[1].

Logo Clubsardou Source Clubsardou.com

1990-1992 : le retour des polémiques Modifier

Au début des années 1990, Michel Sardou se fait plus discret dans les médias et sur les ondes. Cependant, il reçoit la Victoire de la Musique pour le plus grand nombre de spectateurs en concert en 1989 !

Depuis 1987, il alterne les années Albums et les années Concerts. L'année 1990 est donc une année Album, avec Marie-Jeanne, gros succès, mais aussi Le Privilège abordant le thème de l'homosexualité. On se demande comment les anti-Sardou peuvent encore défendre leurs discours après cette chanson, en plus trois ans à peine après Musulmanes ! Michel Sardou facho, homophobe ? Que nenni. Mais un homme complexe certes (ou tout simplement humain).

1990.1  1990.2  1990.3  1990.4

En mars, Michel achète la villa de Don Johnson à Miami sur Star Island. Il la fait démolir et y construit sa propre villa avec un studio pour lui séparé de la maison. En juillet, Michel va passer ses vacances à Miami dans un hôtel sur Key Biscayne et suit avec Babette la construction de leur villa.

Le 10 octobre 1990, c'est la sortie au cinéma du film Promotion canapé de Didier Kaminka dans lequel il joue aux côtés de Thierry Lhermitte et Grace de Capitani. Le premier vrai succès au cinéma !

1991.1  1991.2  1991.3

Le 6 janvier 1991, Michel se rend pour la deuxième fois sur le plateau de 7 sur 7 d'Anne Sinclair pour débattre de l'actualité (après un premier passage en 1989).

En février 1991, Michel Sardou reçoit la Victoire de la musique du Meilleur Chanteur Masculin de l'année 1990.

L'année 1991 est aussi pour Michel Sardou un retour en concert avec un passage à Bercy en début d'année puis une tournée. Cette tournée est spéciale car il remet alors des anciens succès et ses premières chansons, ce qu'il n'avait pas fait depuis des années.

1992.1  1992.2  Figaro Magazine 170492-2

On ne déroge plus à la règle depuis 1987 : après une année de concerts, un nouvel album, et c'est la sortie du Bac G (alors un bac de 'techniques administratives', communément appelé 'bac de secrétariat/comptabilité') en avril 1992. Cette chanson va créer une polémique avec les vers « Vous passiez un bac G, un bac à bon marché dans un lycée poubelle/L'ouverture habituelle des horizons bouchés.../Votre question était "Faut-il désespérer ? ». Ces extraits de la chanson sont perçus par certains comme une provocation adressée au ministre de l'Éducation nationale Lionel Jospin, qui ne se retient pas de déclarer refuser qu'un « saltimbanque » lui fasse la leçon[2]. Certains enseignants dénoncent également une démarche démagogique, voire réactionnaire[3].

Sardou se défend en expliquant que G signifiait Général pour lui et qu'il ne connaissait pas les dernières dénomminations, mais rien n'y fait car la presse et la télévision se sont emparée de ce sujet qui fera date.

Outre cette polémique, il y a un sur l'album, Le Cinéma d'Audiard, un titre magnifique qui rend hommage au célèbre dialoguiste et réalisateur de cinéma Michel Audiard. Dans la même veine, il y a également Le Chanteur des rues, un titre évoquant avec nostalgie la France à l'époque du Front populaire. N'oubliant pas non plus, Chanter quand même, paroles de Patrick Boutot, qui n'est autre que Patrick Sébastien (Boutot étant son vrai nom de famille). Patrick Sébastien a écrit ce texte suite au décès de son fils Sébastien lors d'un accident de la route à moto dans le Gard en juillet 1990, sur les routes de la petite Camargue, alors qu'il allait être père. La fille de Sébastien, Marie-Andréa naissant cinq mois plus tard. Michel Sardou lui avait promis de la chanter, et il l'a fait ! (n'oublions pas que Patrick Sébastien faisait la première partie du concert de Sardou à l'Olympia en 1976).

L'album, sorti le 5 avril 1992, est disponible en cassette, CD et minidisc. Une version collector est également en vente, en format allongé avec une page calque à l'intérieur. La chanson En quelle année Georgia, dont le titre avait été évoqué dans le journal du fan-club, n'est pas sur l'album.

1993-1995 : vers un retour en grâce Modifier

1993.1  1993.2  1993.3  1993.4

En ce début d'année 1993, Michel Sardou est rentré de Miami où il va en vacances depuis de nombreuses années avec sa femme Babette et ses fils, Romain et Davy.

Du 14 janvier au 28 février, Michel Sardou se produit pour la troisième fois à Bercy, soit 3 semaines à remplir cette salle de 15 000 spectacteurs ! S'en suit une tournée d'hiver jusqu'à fin avril, et une tournée d'été en juillet/août. Il chantera L'Envie en duo sur scène avec Johnny Hallyday le 20 juin, et au Festival de Ramatuelle de son ami Jean-Claude Brialy en juillet.

Ce tour de chant présente un final inédit car il reprend la chanson de son père Fernand Aujourd'hui peut-être, qu'il se surprend lui-même à chanter devant un si large public. Son père serait fier !

On notera également que Sardou met dans le tour de chant une chanson inédite, comme il avait l'habitude de le faire jusqu'au début des années 1980, et qui s'intitule Être et ne pas avoir été (en version studio sur CD, en version Live sur VHS).

1993, c'est aussi Sardou acteur qui revient avec un téléfilm de José Giovanni, L'Irlandaise, diffusé sur TF1 le 25 février.

1994.1  1994.2  1994.3

Le 17 avril 1994 paraît l'album Selon que vous serez, etc., etc., avec une belle pochette reproduisant un disque vinyle avec un clin d'oeil nostalgique. L'album est disponible en cassette, CD, minidisc et vinyle.

Michel Sardou s'est inspirés de la fable Les Animaux malades de la peste de Jean de La Fontaine pour constater les inégalités entre les puissants et les misérables face à la justice, une justice à deux vitesses. Évidemment, les médias s'emparent de la polémique une nouvelle fois, et il s'explique notamment dans un journal télévisé sur TF1 le 18 avril, mais aussi sur France 2.

Sur cet album, on découvre aussi Putain de temps, une très belle chanson sur le temps qui passe, mais également Marie ma belle, chanson dédiée à sa nounou d'enfance Marie-Jeanne Rousselet à Koeur-la-petite.

À noter également que l'enregistrement studio de l'album sort aussi en vidéo ! C'est une première et unique fois que ce type de vidéo paraît pour Michel Sardou.

Comme en 1987, TF1 confie les clés de la maison à Michel Sardou pour une soirée spéciale de fin d'année le 22 décembre. Il se produit cette fois dans un cirque, est accompagné de Jean-Claude Brialy, chante des nombreuses chansons et invite des amis comme Guy Bedos ou Johnny Hallyday.

1995.1  1995.2  1995.3  1995.4

En janvier 1995, Michel Sardou repart en tournée et quitte Bercy pour la salle plus intimiste, et au meilleur son, de l'Olympia. Grand retour puisqu'il ne s'était pas produit dans cette salle pour un tour de chant depuis 20 ans. Et il remplace les cuivres utilisés à Bercy, par des violons qu'il gardera dans toutes ses tournées suivantes.

L'Olympia devait durer 3 mois, mais devant l'affluence, il y restera 6 mois, un record ! Alors même que les enregistrements audio et vidéo du spectacle sortent dès le 4 avril. Devant un tel événement, la dernière est diffusée en direct à la radio sur RTL !

En 1995, c'est aussi la sortie de la deuxième intégrale après la "pyramide" de 1989. Une première version est sortie en 1994 mais en petite quantité car Michel Sardou a souhaité la revoir et y participer.

Eté 1995, ce sont les vacances devenues presque rituelles à Miami avec Babette. Au retour, Sardou repart en tournée pour l'automne.

En 1995, c'est aussi la fin du fan-club officiel créé en 1973.

1996 : pause musical Modifier

1996.1  1996.2  1996.3  1996.4

L'année 1996 marque un tournant dans la carrière musicale de Michel Sardou. En effet, pas de nouvelle chanson, pas de nouvelle tournée, ça n'était jamais arrivé ! Mais pour la première fois dans sa carrière, Sardou se consacre enfin à son premier amour et sa formation initiale : être acteur.

Michel Sardou est à l'affiche de la pièce Bagatelle(s) de Laurent Chalumeau et mise en scène de Pierre Mondy, au Théâtre de Paris. C'est sa première pièce de théâtre. Le titre est un clin d'œil à sa grand-mère Bagatelle. Cette pièce est une modernisation de la pièce américaine Present Laughter de Noël Coward. Michel joue aux côtés de Nicole Calfan et Laurence Badie. Et la première a lieu le 17 septembre 1996.

1997-1998 : retour à la musique Modifier

1997.1  1997.2  1997.3

Le 13 octobre 1997, c'est le retour à la chanson, et avec Jacques Revaux ! Jacques Revaux n'a plus composé pour Sardou depuis 1990 et Marie-Jeanne. En raison d'une lassitude dans les compositions avec Sardou (leur collaboration est productive mais pas toujours facile), mais aussi pour se consacrer aux affaires.

En 1997, Revaux revient, et c'est un album qui bénéficie d'un enregistrement Dolby Surround, une première en France. Le premier titre diffusé en radio est Mon dernier rêve sera pour toi où il « s'offre » Johnny Hallyday et Eddy Mitchell en tant que choristes, et qui s'adresse implicitement à l'homme d'affaires Bernard Tapie[4], qui défraya la chronique en France suite à ses problèmes judiciaires.

Mais le titre phare de cet album, c'est la chanson Salut qui est devenu est omniprésent dans les concerts s'étant tenus après sa sortie (Bercy 98, Bercy 2001, Live 2005 au Palais des sports, Zénith 2007, Confidences et retrouvailles - Live 2011 et Live 2013 - Les Grands moments à l'Olympia), généralement placé en toute fin de spectacle.

Devenue emblématique du répertoire du chanteur, la chanson possède quelques clins d'œil à Ma plus belle histoire d'amour (parue en 1967), chanson de son amie Barbara (« ma seule histoire d'amour, c'est vous »).

Le 31 octobre sur TF1, c'est un show spécial Sardou pour la sortie de l'album avec de nombreuses chansons, beaucoup d'invités, des sketchs...

Le fan-club, pourtant fermé depuis 1995, propose aux fans un 45 tours Maxi Promo spécial avec un remix de la chanson Être une femme sortie en 1981.

1998.1  1998.2  1998.3  1998.4

En 1998, à la suite au nouvel album, dès janvier, Michel Sardou retrouve Bercy pour la quatrième fois, mais sur une scène centrale afin d'être plus proche du public. La première a lieu le 13 janvier (pour cette première, on notera la présence de la chanson Je m'en souviendrai sûrement, qui sera retirée du tour dès le lendemain). Il entreprend ensuite une grande tournée de février à août.

Le 3 avril, c'est la disparition de sa maman Jackie. Jackie Sardou connaissait alors un brillant succès au théâtre. Dans la pure tradition du spectacle, Michel Sardou n'interrompra pas la tournée à ce moment-là et chantera le soir même au Zénith de Nancy et le lendemain à Forest National à Bruxelles. L'interprétation de la chanson Une fille aux yeux clairs, déjà au tour de chant, prend alors une dimension très touchante pour le chanteur et tout le public.

En octobre 1998, Michel Sardou se rend à New York pour assister à la première d'une pièce de théâtre dans laquelle son fils Davy joue un des premiers rôles. Sardou est accompagné ce jour-là de sa femme Babette et de son autre fils Romain qui, lui, écrit des scénarios de dessins animés à Los Angeles.

1999 : l'appel du théâtre Modifier

1999.1  1999.2  1999.3   Paris Match 281099-4

En ce début de l'année 1999, Michel Sardou reste l'un des artistes en France qui rassemble le plus de spectateurs lors de ses concerts. En février, il reçoit la Victoire de la Musique pour les 573 900 spectateurs venus l'applaudir à Paris et en province en 1998.

En juin 1999, Michel et Babette décident de se séparer après plus de 20 ans de mariage.

Le 11 octobre 1999, Michel se remarie pour la deuxième fois avec Anne-Marie Périer, directrice en chef du magazine Elle. Retrouvée lors des obsèques de Jackie (après une première rencontre dans les années 1970), la journaliste Anne-Marie Périer, fille du comédien François Périer et soeur de Jean-Marie Périer, célèbre photographe des années yéyé, devient sa nouvelle compagne. Les témoins du marié sont Maryse Gildas, et ses copains de toujours Johnny Hallyday et Eddy Mitchell. Le mariage se déroule en grandes pompes à la mairie de Neuilly, et la cérémonie est présidée par un ami de Michel, Nicolas Sarkozy, alors maire de Neuilly-sur-Seine et futur président de la République Française.

Cinq jours plus tard, a lieu un autre mariage, celui de son fils Romain avec Francesca Gobbi le 16 octobre 1999. pour l'occasion, Johnny et Michel animent même la soirée en chantant ensemble.

Le papa de Michel, Fernand, lui disait toujours que chanteur n'était pas un vrai métier, le seul vrai métier d'artiste étant acteur. Métier qui attire Michel Sardou depuis longtemps. C'est donc logiquement que Michel Sardou remonte sur les planches du 15 septembre 1999 au 21 mai 2000 pour sa seconde pièce Comédie privée de Neil Simon, adaptée par Jean-Loup Dabadie, au Théâtre du Gymnase à Paris. Il joue aux côtés de Marie-Anne Chazel.

Cependant, en décembre 1999, Michel Sardou est victime d'un accident de la route sous le tunnel de la Défense à Paris. Plus de peur que de mal dans cet accident, mais il est quand même assez touché à la machoire, encore tuméfiée lors de son passage dans La Fureur du 31 à la TV chez Arthur, qu'il a décidé d'enregistrer tout de même.

Références Modifier

  1. Source clubsardou.com
  2. Bertrand Tessier et Michel Sardou (préface), Sardou : 50 années ensemble, Paris, Fayard, 2015, p. 194
  3. Blandine Grosjean, « Les bac G veulent sortir du ghetto », Libération, 6 mars 1995
  4. Extrait du Journal télévisé de France 3, octobre 1997