FANDOM


Crystal Clear app Login Manager
Vline Buggy
Vline Buggy
Informations biographiques
 Nom de naissance Liliane Konyn
 Naissance 2 mai 1929 (89 ans)
Paris (Île-de-France)
Flag of France France
 Nationalité Flag of France Française
Informations professionnelles
 Profession Parolière
 Genre musical Chanson française
 Années actives Depuis 1947
Informations complémentaires
Site officiel
Site officiel
Logo de IMDB
Fiche IMDb

Vline Buggy, de son vraie nom Liliane Konyn, née le 2 mai 1929 dans le 16e arrondissement de Paris, est une parolière française. Quand elle débute dans le monde de la chanson, elle adopte le surnom de Buggy. Quant au prénom de son pseudonyme, il rend hommage à sa sœur Évelyne Yvonne Konyn, également parolière, née le 28 septembre 1926 dans le 17e arrondissement de Paris[1] et morte le 14 avril 1962 (à 35 ans)[2].

Wikipedia-logo Source Wikipédia

Biographie Modifier

Le père d'Évelyne et de Liliane Konyn est le parolier Géo Koger (Georges Konyn), qui travaille avec Vincent Scotto.

C'est sous les pseudonymes de Vline et de Buggy que les deux sœurs se lancent, dès 1947, dans l'écriture de chansons. Elles choisissent leurs noms au hasard en mettant plusieurs possibilités dans un chapeau.

Ensemble elles composent pour :

  • Georges Ulmer :
    • Nicole, 1947
    • L'Amour et l'argent (en duo avec sa femme Betty)
  • Anny Gould :
    • Je crois rêver, 1955
  • Yves Montand :
    • Le Puits
  • Luis Mariano :
    • Encore (également chantée par Lucienne Delyle)
  • Les Chats Sauvages
    • C'est pas sérieux (1961). Theme for a dream
    • Sous le ciel écossais (1962). When the girl in your arms
    • Laisse-moi rire (1962). Lessons in Love
    • Au moins huit jours (1963). Please don't tease
  • Quatre adaptations de chansons de Cliff Richard

Évelyne, l'aînée, tombe malade et meurt en avril 1962. Liliane continue alors sous les deux pseudonymes réunis : Vline Buggy. Parallèlement, elle entre aux éditions Tropicales. Le directeur, Rudy Revil, lui demande alors d’adapter une chanson américaine, Made to Love des Everly Brothers, composée par Phil Everly. Après avoir changé « Rien, Rien, Rien » de son premier texte en « Belles, Belles, Belles », la chanson est enregistrée par Claude François et deviendra le premier succès d’une longue série.

En 1971, elle met un studio d'enregistrement à la disposition d'Alain Le Govic (devenu Alain Chamfort) et de Michel Pelay. C'est là qu'ils écrivent, à partir de 1971, des chansons pour Sylvie Vartan, Sheila, Nicoletta, Hervé Vilard, Petula Clark, jusqu'au jour où Paul Anka, qui rêve d'un autre My Way, leur prend un titre qui va devenir aux États-Unis Do I Love You et qui sera numéro un dans les charts country avant d'être enregistré en français par Claude François sous le titre Plus rien qu'une adresse en commun sur des paroles d'Yves Dessca.

En 1973, elle remporte le grand prix du Concours Eurovision de la chanson pour le Luxembourg avec Tu te reconnaîtras interprétée par Anne-Marie David et composée par Claude Morgan.

Ses découvertes se nomment Linda de Suza, Nathalie Lhermitte, Herbert Léonard et Franck Olivier.

Après plus de quarante ans de carrière, Vline Buggy décide de prendre sa retraite.

Morceaux écrits Modifier

Pour Claude François (par ordre chronologique)[3] Modifier

  • Belles, belles, belles[4] (Made to love « Girls, girls, girls » des Everly Brothers, musique de Phil Everley), 1962
  • Marche tout droit[4] (Walk right in, de Gus Cannon & Hosea Woods), 1963
  • Pauvre petite fille riche[4], musique de Hubert Giraud, 1963
  • Si j'avais un marteau[4] (If I had a hammer, de Lee Hays et Pete Seeger), 1963
  • La Ferme du bonheur (Mockingbird Hill de Les Paul, Mary Ford, de V. Horton, adaptation musicale de René Rouzaud), 1964
  • Donna Donna[4], musique de S. Secunda, 1964
  • Je sais[4], musique de Claude François et Gérard Gustin, 1964
  • Geordie[4] (d'après Geordie, un folk-song anglo-écossais), 1965
  • Les Choses de la maison[4] (The Things in this house de Bobby Darin), 1965
  • Mais combien de temps[4], musique de Claude François, 1966
  • Le Jouet extraordinaire[4] (The Marvellous toy de Tom Paxton), 1966
  • Tout ça c'était hier[4] (Spare A Thought For Me de Jon Washington, Barry Mason & Les Reed)
  • Tout le monde rit d'un clown[4] (Everybody loves a clown de Garry Lewis & The Playboys de Garry Lewis, L. Russell & T Lesslie), 1966
  • J'attendrai[4] (Reach Out I'll Be There des The Four Tops, musique de Lamont Dozier), 1966
  • Amoureux du monde entier[4] (Lovers of world unite de The Vogues, œuvre de Roger Cook & Roger Greenaway), 1966
  • Sur le banc 21[4] (Bench #3 at Waterloo station de Filter Deluxe et Stephens Geoffroy), 1966
  • Chacun à son tour[4] (Gone from my mind de Les Reed), 1966
  • Avec la tête, avec le cœur[5], musique de Claude François et Jean-Pierre Bourtayre, 1968
  • Toute la vie[4], musique de Guy Magenta, 1967
  • Tu n'as pas toujours dit ça[4], musique de Jean-Pierre Allane et Claude François, 1968
  • Une petite fille aux yeux rouges[4], musique de Jean-Pierre Bourtayre, 1969
  • Mon cœur est une maison vide[5], musique de Claude François et Jean-Pierre Bourtayre, 1969
  • Menteur ou cruel''[5], musique de Claude François et Jean-Pierre Bourtayre, 1969
  • Il reste toujours''[5], musique de Claude François et Jean-Pierre Bourtayre, 1969
  • Olivier, musique de Jacques Revaux et Claude François, 1970
  • C'est Noël et j'aurai tout ça''[5], musique de Claude François, 1970
  • Des roses de Noël, coécrite avec Yves Dessca, musique de Michel Pelay et Alain Chamfort, 1970
  • Vivre au soleil[4], musique de Michel Pelay et Alain Chamfort, 1970
  • Les Femmes de France[4], musique de Chris Gautry, 1971
  • Quelquefois[4], musique de Claude François et Jean-Pierre Bourtayre, 1976
  • Quand je chanterai une chanson d'amour[4] (Everytime I sing a love song, de Gloria Sklerov et Phyllis Molinary), 1977
  • C'est comme ça que l'on s'est aimé[4], musique de Claude François et Jean-Pierre Bourtayre, 1977
  • Comme une chanson triste[4], musique de Claude François et Jean-Pierre Bourtayre, 1977
  • Drame entre deux amours[4] (Torn between two lovers de Mary MacGregor composé par Yarrow, Peter, Paul, and Mary) 1977

Pour d'autres chanteurs (par ordre alphabétique) Modifier

  • Frank Alamo
  • Marcel Amont
    • Benjamin le bienheureux, 1971
    • Sur ton cœur, j’ai posé mon visage, 1971
  • Hugues Aufray
    • Adieu monsieur le professeur, 1968
    • À mon Hélène
    • Céline, 1966 (refusée par Claude François et Richard Anthony)
    • Docteur Banjo
    • Et si moi je ne veux pas
    • Hasta Luego, 1973 (coécrit avec Claude Morgan)
    • La Terre est si belle
    • Le petit âne gris, 1968
    • Petit Simon, 1968
  • Jean-Pierre Bourtayre
    • Je n’aurai jamais dû vendre la maison
    • Et nous avons parlé de toi (reprise par Dani)
  • Alain Chamfort
    • Dans les ruisseaux
  • Les Chats Sauvages
    • Au moins huit jours, 1963 (Please don't tease) avec Mike Shannon
  • Dalida
    • Depuis qu’il vient chez nous
  • Anne-Marie David
    • Tu te reconnaîtras[6], musique de Claude Morgan
  • Christian Delagrange
    • J’aime la vie avec toi, 1974
    • Première fille, première femme, 1975
  • Linda De Suza
    • Le Portugais
    • Les Œillets rouges
  • Gilles Dreu
    • Si le cœur vous en dit
    • Mais
    • Le Quai maritime
  • Michel Fugain
    • Les Gens irremplaçables
    • On laisse tous un jour
  • France Gall
    • On t'avait prévenue, coauteur avec Robert Gall, musique de Guy Magenta, 1964
    • Rue de l'Abricot, coauteur avec Robert Gall, musique de Jean-Pierre Bourtayre, 1968
  • Juliette Gréco
    • 18 jours, musique de Claude Bolling
  • [[Johnny Hallyday]
    • La Bagarre, 1962
    • Le Pénitencier (coécrit avec Hugues Aufray) 1964
    • Je l'aime (coécrit avec Hugues Aufray) 1966
    • Mon fils 1967
  • Marie Laforêt
    • Une petite ville
  • Vicky Leandros
    • La Lettre, 1969
    • L’une des choses que l’on oublie pas, 1972
    • Comme tu aimes, comme tu veux, 1972
  • Herbert Léonard
    • Pour le plaisir, 1981
    • Ça donne envie d’aimer, 1982
    • Amoureux fous, 1983 (duo avec Julie Pietri)
    • Puissance et Gloire (Chateauvallon), 1984
    • Sur des musiques érotiques, 1987
    • Laissez-nous rêver, 1988
    • Petite Nathalie
  • Nathalie Lhermitte
    • Il y a des jours comme ça
  • Enrico Macias
    • Mélisa
    • Un de moins à la maison
  • Gilles Marchal
    • Pauvre Buddy River
    • Les Maisons sans visages
  • Jürgen Marcus[7]
    • Chansons pour ceux qui s'aiment[8]
  • Monty
    • La Fête au village
    • Pour une marionnette
  • Mireille Mathieu
    • Mon ami de toujours, 1971
  • Michel Polnareff
    • Chère Véronique, 1966
  • Régine
    • J’ai toujours porté bonheur aux hommes, 1973
    • Les Amants sont maigres, 1973
    • Les Maris sont gras, 1973
  • Colette Renard
    • Un diamant en forme de poire
  • Ringo
    • Adorable Pussy Cat
  • Tino Rossi
    • Chantons la même chanson (en duo avec son fils Laurent)
    • La Vie commence à soixante ans
  • Michel Sardou
  • Sheila
    • La Pluie
    • Une femme
  • Hervé Vilard
    • Les Anges du matin
    • Après tant d'amour
    • Derrière le mur de la maison

Liste des titres écrits pour Michel Sardou Modifier

Références Modifier

  1. Tables décennales 1923-1932 de l'état civil de Paris sur le site des archives de Paris.
  2. Notice BnF n°FRBNF15653620x de Vline.
  3. Informations reprises dans le Dictionnaire des chansons de Claude François, d'Olivier Delavault, Durant éditeur, 2003.
  4. 4,00, 4,01, 4,02, 4,03, 4,04, 4,05, 4,06, 4,07, 4,08, 4,09, 4,10, 4,11, 4,12, 4,13, 4,14, 4,15, 4,16, 4,17, 4,18, 4,19, 4,20, 4,21, 4,22, 4,23, 4,24 et 4,25 Coécrite avec Claude François.
  5. 5,0, 5,1, 5,2, 5,3 et 5,4 Coécrite avec Yves Dessca.
  6. Grand prix du Concours Eurovision de la chanson 1973 pour le Luxembourg.
  7. Représente le Luxembourg en 1976 au Concours Eurovision de la chanson. Il arrive à la 14e place.
  8. Vline-Buggy est coauteur avec Fred Jay, sur une musique de Jack White.